Je reprends le fil du blog après un long moment sans publications. Certains d'entre vous se sont inquiétés... mais non, tout allait bien pour nous. Simplement, nous "hibernions" et avons réalisé un certain nombre de travaux, importants pour nous mais sans aucun intérêt pour les lecteurs du blog.

Mais le soleil revient, et je vais donc pouvoir à nouveau trouver des sujets intéressants (enfin, je l'espère !).

Ce premier billet de la saison concerne un redoutable prédateur pour nos protégées les abeilles. Il s'agit du frelon asiatique, dont les femelles ont hiberné de manière isolée dans des tas de bois, au creux de vieux murs ou dans un petit coin de jardin abandonnné. L'arrivée du printemps est le signal pour elles : il leur faut trouver un endroit plus confortable pour y établir leur nid primaire, puis commencer la ponte pour développer une nouvelle colonie.

C'est là que chacun d'entre nous peut intervenir, en fabriquant des pièges qui, disposés dans les jardins dès le mois de mars (et jusqu'au mois d'octobre), pourront capturer le plus grand nombre possible de ces sales bestioles et protéger nos ruchers.

Pour savoir comment fabriquer un piège, je vous invite à lire un article que j'avais publié sur le sujet en 2015. Pour les personnes qui n'ont pas une âme de bricoleur, on peut trouver sur le net où dans les jardineries équipées d'un rayon apiculture, pour quelques euros, des sortes de "chapeaux" qui ressemblent à ça : 

5-pieges-happy-trap-jaunes-pour-guepes-frelons-P-4577037-9289965_1

et qui s'emboîtent sur une bouteille d'eau minérale classique. Il suffit de réaliser le mélange bière brune, sirop et vin blanc, de passer une ficelle dans l'anneau et de suspendre le tout dans un arbre.

Bref, vous l'aurez compris : on compte sur vous !.

Pour lire l'article de 2015, cliquer sur le titre ci-dessous :

Frelon asiatique : tout le monde peut participer à son élimination

Ennemi public N°1 de nos abeilles, le frelon asiatique est désormais implanté sur tout le territoire Français. Les études menées sur le cycle de vie de cette sale bestiole indiquent qu'il est possible d'agir individuellement pour limiter le nombre de nids, et donc d'individus (1 reine = 2 à 3.000 frelons...).

http://ribema2.blogspot.com

51tBE1SQ1zL